Festival de Montier-en-Der les 31 juillet et 1er août

Quatrième du nom, le Festival des Brasseurs aura lieu au Haras national de Montier-en-Der le 31 juillet de 10 h à minuit et le dimanche 1er août de 10 h à 19 h.

À ce jour, 25 brasseries sont attendues, avec la République Tchèque comme invité d’honneur, ainsi qu’une dizaine d’artisans divers. Au programme également, concours de la meilleure bière le samedi, et plusieurs concert avec les groupes Oestrogena Orchestra, Tournée Générale (ça s’imposait…) et Acorps de Rue. Restauration sur place. Située à proximité du lac de Der, la ville de Montier se trouve entre St-Dizier et Troyes.

Concours des bières de Franche-Comté

Le Comité de Promotion des Produits Régionaux a organisé, avec le groupement des Boissons de Franche-Comté, le 6ème concours des bières de Franche-Comté qui s’est déroulé le 11 mai à Micropolis dans le cadre de la Foire Comtoise de Besançon. 26 échantillons et 9 entreprises ont participé : la brasserie des Trois Epis (Orgelet 39), l’ENIL Bio (Poligny 39), la brasserie du Pintadier (Besançon 25), La Rouget de Lisle (Bletterans 39), l’Entre Deux Monde (Mouthier-Haute-Pierre 25), La Franche (La Ferté 39), Terra Comtix (Malans 25), la brasserie Franc-Comtoise (Giromagny 90) et la brasserie de la Rente Rouge (Chargay-les-Gray 70).

Le niveau moyen du concours était bien relevé avec une moyenne générale de 12.5/20, alors que deux tables ont été très sévères (basses fermentations et ambrée). Pas de mauvais échantillons et l’arrivée remarquée de la brasserie Terra Comtix avec l’ensemble de ses échantillons récompensés.

Palmarès :

  • Catégorie Blonde :
  • Médaille d’or : Terra Comtix et La Franche
    Médaille de bronze : La Rouget de Lisle et La Franche

  • Catégorie Blanche :
  • Médaille de bronze : La Franche et Terra Comtix

  • Catégorie Ambrée :
  • Médaille d’argent : Terra Comtix

  • Catégorie Brune :
  • Médaille d’argent : Terra Comtix
    Médaille de bronze : Enil Bio

L’Alsacien Jérôme Lauth remporte le 5ème concours de Biérologie

L’Alsacien Jérôme Lauth remporte le 5ème concours de Biérologie Après les demi-finales qui se sont déroulées à Nantes, Toulouse, Lille, Marseille et Strasbourg, ce sont 12 élèves (sur 55 candidats provenant d’une soixantaine de lycées hôteliers) qui ont participé à la finale à Paris du 5ème concours de Biérologie organisée par Heineken Entreprise.

Après avoir visité la veille le Musée Français de la Brasserie de St-Nicolas-de-Port et suivi les conférences de Philippe Voluer et Hervé Marziou, les finalistes se sont retrouvés dans les superbes salons du Ritz pour les quatre épreuves du concours : tirage de la bière pression, service de la bière bouteille, analyse sensorielle de deux bières et alliance bières et mets.

C’est Jérôme Lauth, du CEFPPA d’Illkirch en Alsace qui a remporté la première place, gagnant un voyage à Amsterdam, un Beertender et un stage professionnel à l’hôtel Mariott de Bruxelles. Il a devancé Benoît Boutet, du Lycée hôtelier de La Rochelle, et Cécile Pothet du CFA Médéric de Paris. Il était prévu également un concours pour les professionnels.

Devant avoir au moins trois ans d’expérience, les candidats devaient présenter un projet d’établissement original ayant la bière pour axe principal, et le lauréat devait obtenir l’aide d’Heineken pour réaliser ce projet. Toutefois, les dossiers présentés au jury se sont révélés insuffisants ou inadéquats pour pouvoir être retenus, et ce concours professionnel a été reporté à l’an prochain.

1664 valorise le goût à la française

1664 valorise le goût à la française Se présentant comme la bière française la plus vendue dans le monde, 1664 a lancé depuis avril une nouvelle campagne d’affichage qui développe le concept déjà mis au point l’an dernier. Sur le thème du “Goût à la Française”, elle décline sept décors emblématiques du patrimoine national : la Tour Eiffel, le château de Chambord, le village de Gordes, Étretat, l’Arc de Triomphe, le Mont Saint-Michel et la Promenade des Anglais.

La campagne est nationale, avec affichage dans 92 agglomérations et encarts dans les magazines d’actualité et économiques, mais aussi locale dans onze villes (Paris et les métropoles du Sud de la France), ainsi que sur les tables des terrasses de café dans 24 villes. Le thème sera par ailleurs décliné en série limitée sur la boîte de 50 cl de 1664. Plusieurs autres innovations concernent également la marque : le pack de 12 bouteilles de 33 cl est équipé d’une poignée, et celui de 6 bouteilles met plus en avant le col bleu de la bouteille.

Enfin, dans le secteur CHR, est lancé le Draught Master, un tirage pression mobile réfrigéré équipé d’un fût jetable de 20 litres en PET, conçu notamment pour les ventes occasionnelles en extérieur (saisonniers, associations, buvettes…).

Le fût à usage unique est-il écolo ?

Lancé il y a deux à peine par un constructeur allemand, le fût à usage unique est constitué d’une poche plastique enfermé dans une boîte en carton. Entièrement recyclable, ce fût innovant a aussi pour avantage d’éviter les allers-retours entre la brasserie et le point de vente.

Toutefois, lors de l’examen de la loi Grenelle II, un amendement a été introduit qui rend obligatoire les conditionnements consignés (et donc les fûts réutilisables classiques) dans le réseau des cafés-restaurants, et interdit de ce fait le fût à usage unique, car étant frappé d’une taxe spéciale sur les activités polluantes. Une telle décision – qui devait faire l’objet d’un réexamen en commission mixte à la mi-juin – ne fait évidemment pas l’affaire du fabricant en question, ni des brasseries qui ont commencé à utiliser ce fût, d’ailleurs moins coûteux que les fûts habituels, comme la brasserie de Bretagne de Trégunc (Britt).

Tous dénoncent en fait le lobbying des grands distributeurs de boissons du secteur, qui tiennent beaucoup au système de fûts consignés car il leur permet de fidéliser leur clientèle de cafés-restaurants.

Festival International de la Bière Artisanale 2010

La treizième édition de l’incontournable Festival de la bière artisanale aura lieu les 25 et 26 septembre prochains à Sainte-Marie-Cappel. Concours de brasseurs amateurs, salon, animations culturelles, dégustations de produits fermiers… tels sont les ingrédients de ce moment festif et convivial.

Et un atelier d’écriture, ouvert à tous, vous propose d’écrire un texte sur le thème « Bière et dégustation » – texte à faire parvenir avant le 31 août, modalités à voir avec Olivier Canivez au 06 08 60 05 24.

www.lefiba.com

Stage de microbiologie appliquée à la brasserie

Le Musée Français de la Brasserie organise du 11 au 15 octobre 2010 une formation en microbiologie appliquée à la brasserie. Destinée à des brasseurs confirmés (amateurs ou professionnels), cette formation permettra d’acquérir un ensemble de connaissances théoriques mais surtout pratiques en microbiologie brassicole : pour conserver, cultiver et propager leur levure de brasserie pour maîtriser à tout moment de la fermentation la quantité de levure mise en œuvre pour détecter des contaminations au cours de la fabrication de la bière pour garantir et contrôler la qualité hygiénique lors de la production de la bière.

Intervenants : enseignants de microbiologie industrielle et alimentaire (ENSAIA), ingénieurs brasseurs, brasseurs.
Méthodes pédagogiques : 25% de théorie, 75% de TP dirigés, visites d’une brasserie et d’un laboratoire d’analyse.

Inscription au musée de brasserie.
Coût : 450 € (incluant le matériel utilisé et les consommables ainsi que les repas de midi).

Musée Français de la Brasserie
62, rue Charles Courtois
54210 Saint-Nicolas-de-Port
T/F 03 83 46 95 52 – www.passionbrasserie.com

Marché de la bière en reprise selon Heineken

En présentant ses résultats annuels à fin avril, Heineken France a été le premier à pouvoir annoncer la croissance du marché de la bière l’an dernier, avec une augmentation de 1,6 %, à 19,5 mhl. Certes, ce n’est pas énorme, mais comme c’est la première fois depuis 2003, c’est tout de même réjouissant. Il ne s’agissait d’autre part que d’une estimation, qui n’aura été validée que lors de la présentation annuelle de Brasseurs de France à la mi-juin.

Et, dans ce marché à nouveau positif, Heineken France s’en tire bien, car Frans Eusman, son P-DG, a annoncé en effet une augmentation de 300 000 hl de ses volumes de bière, qui profite aux trois marques leaders du groupe : + 12 % pour Pelforth, + 9% pour Heineken et + 7 % pour Desperados. Au final, le bilan d’Heineken Entreprise enregistre une croissance de 3,6 % en volume et de 7 % en valeur. La stratégie choisie depuis plusieurs années de s’appuyer sur les marques premium s’est révélée payante : ainsi Heineken a vu sa part de marché en grande distribution passer de 13 % à 18,5 % de 2004 à 2009.

En espérant que 2010 se révèle aussi faste. Pascal Sabrié a annoncé les principales innovations prévues par le groupe : pour Desperados, lancement du mini-fût de 5 litres et d’une nouvelle bouteille de 1,2 litre ; pour Pelforth, poursuite de l’ouverture de nouveaux Club Pélican ; et enfin l’arrivée du Beer Tender dans le secteur professionnel, avec un fût spécifique et un système de tirage plus adapté aux besoins de restaurants ou d’établissements n’ayant pas les volumes suffisants pour s’équiper d’un tirage classique.

Enfin, depuis quelques semaines déjà, Heineken se voit doter d’un nouveau verre dans le réseau CHR. Baptisé Ellipse, il comporte un ovale gravé sur son flanc, indiquant ainsi la bonne inclinaison à maintenir (45°) lors du remplissage de la bière, puis le moment pour le relever afin de terminer l’opération et obtenir une mousse parfaite.