Westvleteren 12 : La meilleure bière du monde bientôt chez vous


En février, tenez vous prêt à accueillir la meilleure bière du monde ! Après avoir fait déplacé des foules démesurées d’amateur de bière dans la modeste province flamande de Belgique, et créée l’an dernier l’événement dans un supermarché Colruyt en écoulant 93 000 coffrets en seulement 48h, la Westvleteren 12 va pour la première fois de son histoire s’exporter, pour notre désormais plus grande impatience … !

Les moines de l’abbaye Saint-Sixte ont donc décidé pour la première fois de leur histoire, d’autoriser l’exportation de leur précieux breuvage, mais attention à ne pas s’enflammer trop vite ! Car en effet, ce sera une offre exceptionnelle, et les moines ne prévoient pas de recommencer ce genre d’opération avant au moins une bonne dizaine d’années.

Et n’oubliez pas que l’on parle bien de la meilleure bière du monde, cette occasion sera donc limitée par les stocks, et il n’y en aura d’ores et déjà pas assez pour tout le monde. Les bénéfices de cette opération commerciale seront réservés à la rénovation de certains locaux vieillissant de leur abbaye, ce qui justifiera le caractère unique de cette offre.

Habituellement, il faut être armé d’une motivation solide et compter solidement sur sa chance pour espérer décrocher une commande. Face à une demande énorme qui émane du monde entier, les moines ont du organiser un système de vente autant particulier que sélectif et qui croyais moi, en a décourager plus d’un.

Avec des dates de réservation fixes, et une concurrence avec des milliers de personnes pour devenir « l’élu » des moines, la bière Westvleteren 12 est une production très convoitée.

Ainsi, on peut retrouver sur des plateformes de vente en ligne tel que EBay, la bière trappiste se vendre à des prix fous, les coffrets pouvant atteindre 150 euros !

Les coffrets Westvleteren 12 seront donc disponibles en Février sur les principaux sites de vente de bière, en stock limité, ils se composeront de 6 bières de 33 cl, avec ses deux verres calices pour la dégustation.

Brasserie du Mont Blanc… championne du monde !

Après avoir raflé quatre médailles au dernier Concours général agricole de Paris (l’or pour la rousse, l’argent pour la blonde et le bronze pour la blanche et la violette) la brasserie du Mont Blanc, dirigée par le dynamique et sympathique Sylvain Chiron, se hisse au plus haut niveau des récompenses brassicoles.
En effet, le 26 octobre dernier, aux World Beer Awards – l’emblématique concours mondial du monde de la bière –, la rousse de la brasserie du Mont Blanc s’est vue décerner le prestigieux titre de « Meilleure bière ambrée du monde ». La rousse est une bière ambrée spéciale aux trois malts (orge, blé, avoine) brassée à l’eau des glaciers du Mont Blanc. Une réelle réussite pour cette brasserie, qui depuis plus de dix ans se bat bec et ongle pour le renouveau de la tradition brassicole alpine. Félicitations à toute l’équipe. Rousse du Mont Blanc 75 cl

Doublement Écossaise

Appelée Ola Dubh, ce qui veut dire “Huile Noire” en gaélique, cette ale nous vient d’Écosse, et à double titre ! C’est là-bas que se situe la brasserie Harviestoun qui l’élabore, et la fait vieillir dans un fût de whisky, et pas n’importe lequel. Il s’agit en effet du single malt Highland Park de 12 ans. Originaire des îles Orcades, c’est un des plus complexes qui soit, avec des notes maltées, de la tourbe, du fumé et une belle puissance épicée. Titrant 8 % d’alc.vol, c’est une bière noire, opaque, à la mousse chamois. Le nez est boisé, un peu vineux. L’attaque est assez douce, puis la bouche devient puissante, très moelleuse. La richesse aromatique est étonnante : sur une dominante torréfiée (mais sans âcreté), on retrouve le caractère vineux, voire le porto, du nez, avec des épices et une petite note tourbée en arrière-plan. Une ale chaleureuse, évoluant sur les fruits rouges et le pruneau : un vrai délice. Cette petite merveille – en édition très limitée hélas – prouve que le mariage bière et whisky tient toutes ses promesses.

KeyKeg

De plus en plus de brasseries artisanales, mais aussi de taille moyenne, comme Meteor ou Pietra, utilisent désormais le KeyKeg pour conditionner leurs bières en fûts pour le tirage pression. Il s’agit d’une poche en plastique placée dans un support en carton rigide. La bière contenue dans la poche est poussée par de l’air comprimée extérieure à la poche, ce qui signifie qu’il n’y a plus besoin de CO2 pour avoir un bon demi pression.
L’intérêt pour le brasseur est que ce fût, non réutilisable, lui fait faire de sérieuses économies par rapport aux fûts classiques, coûteux à l’achat, pas toujours facile à récupérer après utilisation, et nécessitant une installation de lavage et de remplissage assez onéreuse elle aussi.
Le KeyKeg est également intéressant pour le café-bar qui l’utilise, car il permet d’utiliser complètement la bière contenue dans la poche. Une fois vidée, la canalisation ne contient pas de CO2, et, après le remplacement, la bière qui s’écoule est immédiatement utilisable. Le gain peut aller de 8 à 15 % de bière, soit environ un litre de bière en plus par fût. Tout le monde l’aura compris : moins de pertes égale une meilleure recette…
À noter que le KeyKeg est recyclable à 82 % ! Fût Keykeg Celtika Triple 30 L

Bellerose au pinacle mondial

Lors de l’International Beer Challenge de Londres, la bière Bellerose, élaborée par la brasserie des Sources de St-Amand-les-Eaux a été récompensée par le titre de championne de la catégorie des ales de plus de 5 degrés. C’est la première fois qu’une bière française l’emporte dans cette catégorie, habituellement dominée par les bières belges. Ce Challenge, qui réunit 27 pays et plus de 400 bières en compétition, est décerné par un jury de 40 personnes issues du milieu brassicole, de la presse spécialisée, de consultants agro-alimentaires et de professionnels de bars-restaurants.

Dubuisson toujours en forme

La Pêche Mel Bush, brassée par la brasserie belge Dubuisson, a remporté une médaille d’or dans la catégorie des bières fruitées ou aromatisées lors du dernier concours organisé par le Beverage Testing Institute de Chicago, un organisme indépendant qui teste régulièrement des vins, bières et alcools. Les juges ont qualifié cette bière de « gourmande et généreuse en bouche qui plaira par sa finesse et son goût à un large public». Ils ont tout particulièrement apprécié « les notes de miel, de confiture d’agrumes, de raisin sec et de cannelle » ainsi que sa « robe couleur ambrée brillante » et sa « mousse délicate ».
Par ailleurs, la brasserie de Pipaix a lancé à l’automne dernier son nouveau millésime de la Bush de Nuits, une bière qui a la grande originalité de maturer longuement dans des fûts ayant contenu des vins rouges de Nuits-St-Georges. Produite en petite quantité (un peu plus de 21 000 bouteilles), elle connaît un très large succès, surtout à l’international.

Une effervescence de nouveautés à la brasserie Baladin

Teo Musso le fameux brasseur de la brasserie Baladin a ajouté, depuis le 15 novembre, sept nouvelles bières à sa gamme. En été 2010, lorsque nous visitions sa cave, il faisait vieillir deux futures bières en fût des meilleurs vins italiens (28 dénominations de vin blanc et de vin rouge) : elles viennent de voir le jour après 11 mois de maturation : « Lune » et « Terre ».
La première est composée d’épeautre et a vieilli exclusivement dans des fûts de vin blanc, la deuxième est composée de riz noir et a vieilli exclusivement dans des fûts de vin rouge. À partir de chaque tonneau, 45 bouteilles de 50 cl « Cru » seront commercialisées, 45 bouteilles sont réservées au producteur du vin et enfin des jéroboams (3 litres) de chaque tonneau seront vendus aux enchères à Rome. Le produit des ventes sera reversé à une association « Fondation pour la recherche sur la fibrose kystique». Enfin les contenus restants de chaque tonneau seront mélangés pour donner un blend « Lune » (6 000 bouteilles – 11,5% Vol.) et un blend « Terre » (14 000 bouteilles – 12,0% Vol.).
Autre nouveauté, la « Nazionale », bière 100% italienne faite à partir d’éléments provenant d’Italie : eau, orge, levures et houblons (récoltés pour la première fois cette année).
Enfin, deux nouvelles bières « Super » vont venir compléter la collection, une Super Bitter avec du houblon Amarillo, une Super « Arrogant » brassée en partenariat avec la brasserie californienne Stone Brewing Co. Une nouvelle “ Noël l Vanille” est aussi prévue, ainsi qu’une bière (Noël 2009) distillée (40% vol.) dénommée “Esprit de Noël”.
Enfin la Birra « Zucca », la bière au potiron brassée en octobre sera commercialisée aussi à cette même date.

Nouveau verre pour Pelforth Blonde

Baptisé “Origine” car souhaitant rappeler les racines de la marque, le nouveau verre de 25 cl est utilisé depuis cet automne dans les bars servant la Pelforth Blonde à la pression. De forme galbée, il se caractérise par un pied massif et un col resserré permettant la formation et la bonne tenue d’une belle mousse. Testé par des professionnels du CHR, il porte au dos la mention “Brasserie du Pélican” et la date de 1921, date de création de la brasserie où devait naître la marque Pelforth en 1937.

Duvel inspire les créateurs

Le célèbre verre tulipe Duvel, indispensable pour servir correctement la célèbre bière forte, inspire régulièrement les artistes. Deux nouveaux modèles ont été présentés cette année. Le Bruxellois Arne Quinze, peintre et sculpteur, signe une abstraction adaptée de son oeuvre My Safe Gardens, inspirée par le peintre Claude Monet. Quant à l’illustrateur Stefan Glerum, d’Amsterdam, il a réalisé pour sa création un savant mélange d’Art Déco, de bande dessinée et de constructivisme accompagné d’une note de psychédélisme.

Les bières d’abbaye célébrées à Chartres

En octobre dernier, la société Tribouillet, important distributeur de bières et de vins à Chartres et dans sa région, a mis en vedette les bières d’abbaye. Elle a ainsi proposé à ses clients CHR de les servir aux mêmes prix que les bières standard. Une initiative d’autant plus intéressante que les distributeurs sont généralement peu enclins à ce genre de promotion. L’opération a été valorisée en outre par une soirée de gala qui s’est tenue au Grand Monarque, le restaurant étoilé de Chartres. Les trois principales marques de bières d’abbaye (Leffe, Grimbergen et Affligem) y ont été présentées dans leurs différentes versions (blonde, fruitée et triple) servies remarquablement à la pression et accompagnées d’amuse-bouche parfaitement accordés. Puis la Confrérie du Club de la Bière a tenu un chapitre spécial où ont été intronisées des personnalités comme M. Amstutz, président de Kronenbourg, M. Lafuente (AB-Inbev pour Leffe), un représentant de chez Heineken, le sénateur Gérard Cornu, Mgr Panchard, évêque de Chartres et Pascal Chèvremont, délégué Général de Brasseurs de France. Puis un remarquable repas gastronomique centré sur les accords entre mets et bières d’abbaye, préparé par les chefs Laurent Clément et Nicolas Mendés, a été servi aux nombreux invités de la société Tribouillet.